Chaussures de Luxe
Chaussures de Luxe

L'actualité des chaussures de luxe et des bottiers de prestige


620.000 euros pour la vente de la collection Roger Vivier


La vente de la collection de chaussures Roger Vivier, organisée par la maison Aguttes le 30 novembre 2011 à Neuilly-sur-Seine près de Paris a rapporté 620.000 euros. A noter, une enchère-record pour le prototype d’un escarpin du soir créé pour la princesse Soraya vendu à près de 20.000 euros et un soutien très actif de l’État français (avec 55 préemptions pour le Musée de Romans), de la maison Roger Vivier, de la Fédération Française de la Chaussure et des musées allemands et américains.


620.000 euros pour la vente de la collection Roger Vivier
Le mercredi 30 novembre 2011 à l’Hôtel des Ventes de Neuilly-sur-Seine, le commissaire-priseur Claude Aguttes dispersait la collection personnelle du célèbre bottier Roger Vivier, illustrant « 50 ans de création du bottier le plus inventif du XXème siècle ».

Rappelons que cette vente exceptionnelle comprenait près de 350 lots uniques « qui ont quasiment tous trouvé preneur pour un produit total de 620 000 euros » assure le communiqué de presse. C’est plus de deux fois le montant qui était prudemment attendu par les organisateurs, compte tenu de la difficulté à estimer la plupart des pièces.

Comme l’a indiqué Claude Aguttes après la vente : « Cette vente était un vrai pari car, en l’absence de références de prix, nous ne savions pas, même une heure avant le premier coup de marteau, où nous allions. L’ensemble était si étonnant que nous avions préparé la vente, investi dans le catalogue et dans la publicité, comme si c’était une grande vente de tableaux. Le pari est réussi : le résultat le démontre ».

Ainsi, dans une salle comble, les acheteurs français et internationaux se sont disputés ces témoignages extraordinaires de l’histoire de la mode et ont rendu un vibrant hommage au talent et à l’avant-garde de Roger Vivier.

Talons « can-can », « choc », « polichinelle »… Strass et pierres précieuses, plumes et paillettes, chevreau, croco, satin et velours… Le catalogue -très documenté et largement illustré- était un véritable festival d’inventivité et de créativité.

Grâce au soutien de l’État -qui a préempté 55 lots pour le Musée international de la chaussure à Romans- de la Maison Roger Vivier et de la Fédération Française de la Chaussure particulièrement actifs pendant la vente, la plupart des lots emblématiques resteront en France.

Parmi les prototypes les plus attendus, les enchérisseurs se sont battus pour plusieurs modèles réalisés spécialement pour des célébrités comme Elisabeth Taylor, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Talitah Getty, John Lennon, Cary Grant, Cecil Beaton… pour qui le créateur représentait le symbole absolu de l’élégance et du raffinement. La plus haute enchère a ainsi été portée sur un exceptionnel escarpin du soir (lot 259), modèle prototype créé pour la princesse Soraya en 1962, Roger Vivier pour Christian Dior, en broderies de fil d’argent et de topazes, qui a atteint l’enchère record de 19.750 euros (15.500 euros sans frais).

Deux autres prototypes des célèbres sandales « masque » à lanières hautes, créées par Roger Vivier « sur mesure » en 1967 pour Yves Saint Laurent, se sont envolés : le modèle n°129, en chevreau doré, est parti à 12.500 euros et le n° 128, en reptile argenté cette fois-ci, est monté jusqu’à 10.200 euros. Une mule de velours ocre (lot n°27) brodée de fils d’or et topazes, 1964, inspirée de la Venise du 18ème siècle, a été enlevée à 7.400 euros.

Les très spectaculaires prototypes de cuissardes ont également soulevé l’enthousiasme des enchérisseurs. Le magnifique modèle « Mimosa », emblème de la vente (lot n°255), en satin jaune orné en partie d’une broderie à motif de mimosas en fleurs de Lesage, a été préempté par le Musée de Romans à 9.562 euros, tandis que la cuissarde « Cordoue » (lot 254) en satin vieil or bordé de jais et de dentelles noires par Lesage, partait à 9.180 euros. La cuissarde « Valençay » (lot n°102) en daim marron clair brodé de paillettes, pierres et plumes rousses par Lesage, 1987, a atteint 5.737 euros. Une cuissarde en daim noir ornée d’une broderie de perles et plumes par Lesage (lot n°101), est partie à 6.375 euros.

Certains lots de photos ont également été très disputés, tel le N°44, un album de photographies des années 50 par André Ostier, représentant des prototypes de Roger Vivier pour Christian Dior, emporté à 7.400 euros. Enfin, du côté des dessins de Roger Vivier, un lot de 23 dessins originaux (n°275) a été préempté par le Musée de Romans à 5.738 euros tandis que les « papiers découpés » de Roger Vivier suscitaient aussi de belles enchères, notamment le n° 334 à 3.188 euros et le n°322 à 2.550 euros.

Jean philippe Tarot | publié le Dimanche 11 Décembre 2011 | Lu 1392 fois


Chaussures par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Historique des marques | Chaussures mythiques | Entretien des chaussures | Sacs et bagages | Accessoires | En bref | Portraits d'amateurs de chaussures | Les boutiques à Paris | Les boutiques en province | Les chroniques de David Not | Qui sommes-nous ?