Chaussures de Luxe
Chaussures de Luxe

L'actualité des chaussures de luxe et des bottiers de prestige


Eton College : la nouvelle collection J.M. Weston à l’élégance typiquement british


La manufacture J.M. Weston vient de dévoiler à quelques « happy few » sa nouvelle collection de chaussures baptisée Eton College. Toujours créée par le talentueux directeur artistique Michel Perry, cette série est composée de quatre nouveaux modèles dont un splendide derby boucle en box noir.


Eton College J.M. Weston, copyright Hidiro
Nom propre, à prononcer avec l’accent britannique, avec beaucoup d’élégance, comme un air de ne pas y toucher.

Synonyme de discipline intellectuelle, enclave de culture où le style se révèle seconde nature, Eton est un collège anglais où l’on porte haut les valeurs aristocratiques du pays.

L’effet tailleur de Savile Row n’est jamais très loin, puisque les élèves de cette institution, fondée en 1440, ont l’art et la manière de se vêtir sur mesure, dans un souci de détail absolu.

Revisité par Michel Perry, Eton College bouscule subrepticement les lignes traditionnelles de la chaussure pour lui conférer un esprit légèrement décalé, masquant son originalité dans des détails cachés.

Derby boucle, mocassin, richelieu ou derby bout golf s’affranchissent ainsi des codes bottiers classiques en jouant de courbes asymétriques qui rappellent celles des hélices d’avion.

Eton College J.M. Weston, copyright Hidiro
Cette forme tournée, très travaillée, est héritée du savoir-faire bottier et marque son caractère par une arête extérieure plus épaisse que la partie intérieure.

Comme un costume que l’on bâtit en volumes, Eton College revendique une présence très matérielle, palpable, rassurante, annoncée par la rondeur noble de son nez busqué. Lui répond la finesse de ses lignes latérales, qui évoque plutôt la silhouette d’un dandy esquissée au trait.

A l’équilibre entre la rigueur d’une chaussure de ville et la décontraction d’une chaussure de grand air, ces quatre modèles empruntent aux traditionnels tours de main des ateliers de Limoges.

La tige maillochée à la main du mocassin, tout comme sa lisse fraisée-frappée au plus près de la couture petit-point ; la lisse tournante et le bichonnage main du derby bout golf, dont les piqûres symétriques sont réalisées une à une ; ou une bride pour ceinturer le derby boucle, qui rappelle l’univers maroquinier de la manufacture.

Incontestablement, les deux pièces les plus intéressantes de cette collection sont le derby bout golf et le derby boucle qui, tout en restant fidèles aux canons de la manufacture limougeaude complètent l’offre actuelle d’une très belle manière. Notamment le modèle à boucle, qui manquait…

Eton College J.M. Weston, copyright Hidiro

La naissance de la collection J.M. Weston Eton College par Michel Perry, directeur artistique de la manufacture

Michel Perry, DR
L’inspiration naît sans prévenir, au détour d’une photographie ou d’une conversation, dans un train que l’on ne connaît pas, ou que l’on ne connaît que trop.

Ce matin, sur la route de Londres, j’ai rêvé d’Eton. Je repensais au portrait d’Eugène Blanchard*, à ce portrait en creux tracé sous la ligne de Didier van Cauwelaert dans son roman de Weston.

J’imaginais ce jeune homme de bonne famille, né à Limoges mais la tête déjà ailleurs, prêt à courir le monde à l’âge de vingt ans, pour apprendre son métier. Puis les clubs anglomanes de Paris, pendant les Années Folles… Eugène, très élégant, dans sa veste de tweed, le col amidonné et la chaussure forcément impeccable.

Cet élan d’anglomanie du début de siècle m’a toujours fasciné, lorsque les consonances anglaises, tout comme le style vestimentaire, faisaient la pluie et le beau temps, du quartier latin aux Champs-Elysées Alors, quand les premiers fragments de brique rouge ont commencé à animer la campagne anglaise, j’ai songé à Eton.

A mes yeux, ce collège avait toujours incarné le mythe délicieusement suranné de la parfaite Angleterre : la veste queue de pie de rigueur, qui vous transforme un jeune homme en pianiste concertiste, le gilet noir, avec son bouton impérativement ouvert, les chemises rigides à col cassé, le tout sur fond de codes, grades et autres mémoires d’un autre temps.

En arrivant dans le ventre néogothique de la gare de Saint Pancras, j’ai regardé autour de moi. La collection Eton College était née.


*Eugène Blanchard (1883-1954) est le fondateur de la maison J.M. Weston, manufacture installée à Limoges depuis 1891.

Eton College J.M. Weston, copyright Hidiro

Collection Eton College J.M. Weston, DR

Jean philippe Tarot | publié le Mardi 24 Avril 2012 | Lu 23616 fois


Chaussures par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Historique des marques | Chaussures mythiques | Entretien des chaussures | Sacs et bagages | Accessoires | En bref | Portraits d'amateurs de chaussures | Les boutiques à Paris | Les boutiques en province | Les chroniques de David Not | Qui sommes-nous ?