Chaussures de Luxe
Chaussures de Luxe

L'actualité des chaussures de luxe et des bottiers de prestige


Les tongs Havaïanas au Musée de la Contrefaçon à Paris


L’exposition « L’objet du mois » propulse chaque mois une marque sur le devant de la scène grâce à la mise en lumière d’un produit icône. Pour le mois de Juillet 2014, le Musée de la Contrefaçon (Paris) met en avant un objet phare de la saison estivale : les célèbres tongs brésiliennes Havaïanas


Havaïanas
En 1962, les premières tongs Havaianas –« hawaïennes » en portugais– voient le jour. Commercialisées par l’entreprise brésilienne Sao Paulo Alpargatas, ces sandales trouvent leur inspiration dans la forme des sandales japonaises traditionnelles, nommées « Zori », façonnées à l’aide d’une semelle en paille de riz et d’une bride en tissu.
 
Dès le début de leur commercialisation, le prix peu élevé (ce qui n’est plus le cas pour ces tongs) et la longévité des Havaianas font de ces souliers d’été un succès populaire immédiat au Brésil. L’enthousiasme partagé pour ces tongs poussera même, dans les années 1980, le gouvernement à surveiller le prix de ces sandales considérées comme « produit de nécessité » !

Les tongs Havaïanas au Musée de la Contrefaçon à Paris
Dès les années 1990, l’engouement international pour les tongs Havaianas, symbole irrévérencieux d’un mode de vie insouciant, font de ces sandales des attributs incontournables de la période estivale.

En tout ce sont près de quatre milliards de paires de tongs Havaianas qui ont été vendues jusqu’à ce jour à travers le monde.
 
Aujourd'hui, la marque poursuit son programme de lutte anti-contrefaçon, notamment à travers une démarche de prévention des consommateurs quant aux dangers liés aux fausses Havaianas –problèmes d’hygiène et de sécurité lors de l’utilisation, action criminelle d’achat de faux.
 
En 1970, les tongs Havaianas étaient déjà victimes de leur succès… Pour faire face à l’envergure du phénomène de contrefaçon, la marque initie alors ses premières actions de promotion de ses droits de propriété intellectuelle. Le slogan « Havaianas, l’Originale » est alors inauguré, accompagnant une campagne de communication axée sur l’authenticité.

Havaianas protège ses sandales : la marque est déposée et le mélange de caoutchouc est breveté (la  composition de la semelle prévient les odeurs, la déformation, les glissades et les irritations cutanées).

A l’époque, ce brevet les décrit comme « un nouveau modèle de chaussures comportant une semelle et des brides en forme de lance-pierres » baptisées Havaianas en hommage à Hawaï et son éternel hédonisme.

Quelques éléments pour différencier une Havaianas authentique et sa contrefaçon :

Le prix et le lieu de vente. Le prix des fausses sandales est souvent bien inférieur au coût d’une paire de tongs authentiques. Une vente « à la sauvette » revêt un caractère douteux : les produits authentiques ne sont pas distribués par des vendeurs ambulants sur les marchés aux puces ou dans des
magasins de détail non autorisés !
 
Le lieu de fabrication. Toutes les tongs Havaianas authentiques sont fabriquées au Brésil.
 
Les matériaux. Les produits originaux sont fabriqués à partir d’une formule consistant en un mélange de caoutchoucs au propriétés étudiées pour limiter déformations, odeurs et chaleur. A l’opposé, les exemplaires contrefaisants sont reconnaissables à leur mauvaise exécution.
 
L’hologramme d’authenticité. Un hologramme permettant l’identification est apposé à toutes les Havaianas authentiques.
 
Depuis janvier 2014, 119 000 paires de sandales contrefaisantes ont été saisies. Un million de fausses paires de tongs ont déjà été saisies entre 2010 et 2014.
 
Musée de la Contrefaçon
16 rue de la Faisanderie – 75 116 Paris
T. 01 56 26 14 00

Jean philippe Tarot | publié le Jeudi 24 Juillet 2014 | Lu 1276 fois


Chaussures par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Historique des marques | Chaussures mythiques | Entretien des chaussures | Sacs et bagages | Accessoires | En bref | Portraits d'amateurs de chaussures | Les boutiques à Paris | Les boutiques en province | Les chroniques de David Not | Qui sommes-nous ?