Chaussures de Luxe
Chaussures de Luxe
L'actualité des chaussures de luxe et des bottiers de prestige

Razzia sur les shoes, par David Not


Dans les années 80, pour s’offrir une paire de beaux souliers, le choix était relativement restreint : le Janson de Weston, le Cordovan Tassel loafer d’Alden, des Grafton de Church’s au Bookbinder raide comme la justice, et pour les plus fortunés, un Lopez ou un William de Lobb. Pour un budget moindre, Ashford ou Bowen faisaient l’affaire. A l’époque, l’esprit anglais dominait clairement les débats. Les Italiens tels Moreschi, Testoni ou Ferragamo faisaient de la figuration et s’adressaient davantage à des personnes n’ayant pour exigence que le confort. Vingt ans plus tard, la donne a changé.


Lopez John Lobb en haut et Jason Santoni en bas
La revanche italienne
La bataille Angleterre/Italie fait désormais rage et la Botte prend une cinglante revanche.

Tandis que l’école anglaise propose depuis des lustres des formes classiques, des semelles assez épaisses cousues Goodyear, un chaussant ferme et des peausseries raides, l’école italienne offre exactement l’inverse : formes allongées, beaucoup de montages en cousu Blake, peausseries très souples, et toujours un grand confort.

Après avoir tant inventé, les Anglais semblent incapables de faire évoluer une offre qui semble désormais figée. Bien entendu, nous fantasmons toujours sur une paire de Lobb, Green, Gaziano & Girling, Maxwell, Dimitri Gomez pour Crockett, mais combien d’entre nous peuvent se le permettre ?

Edward Green ou John Lobb signent de beaux produits, mais d’un style très académique. Le rachat de Church’s par Prada a entraîné une refonte déroutante de tout le parc de formes (où est passé le mythique Last 73 ?) révélant un choc des cultures qui confirme que les marques anglaises ne seront pas facilement fashion.

Bowen, malgré les créations du grand Delauney, peine à nous émouvoir. Shipton tourne un peu en rond. D’autres vont chercher leur sourcing au Portugal ou en Inde, avec plus ou moins de bonheur… Crockett & Jones s’inscrit dans l’actualité, en proposant des formes plus actuelles, comme la superbe forme 348. Mais c’est hélas une exception. Globalement, les Anglais –step by step- perdent du terrain.

Pendant ce temps, côté italien on travaille… d’arrache-pied, en réinterprétant avec malice la philosophie britannique. Artioli, Bonora, Lattanzi, Berluti créent des modèles qui conjuguent savamment codes anglais et transalpins. Le plus représentatif de cette alchimie, Santoni, a connu le succès grâce à un subtil cocktail. Sur des richelieus, derbys et boots au dessin plutôt classique se greffent des formes oblongues ou carrées et des matières inédites qui font souffler un vent nouveau. Plus trendy encore, des labels comme Cesare Pacciotti offrent un style très pointu apprécié des fashionistas. Et même si les peausseries utilisées pourront dérouter les plus traditionnalistes, ces marques sont de plus en plus prépondérantes à l’heure du choix.

Clients zappeurs
Plus exigeants, moins fidèles qu’autrefois, les consommateurs zappent entre des marques diamétralement opposées. A ce petit jeu, les Anglais se montrent assez peu à l’aise par rapport à leurs rivaux Italiens. Ces derniers osent des styles inédits et enchaînent les nouveautés, comme chez Stefanobi, Santoni, Stefano Bemer, Tod’s…

Les Brits, eux, restent assez hermétiques à toute notion de modernité et se font progressivement distancer. A côté de cela, des marques dynamiques telles Paul Smith, Patrick Cox ou Jeffery West, l’immobilisme des produits anglais se retrouve en marketing et communication.

Dès lors, même si nous restons attachés à nos classiques pour leur solidité ou pour des raisons sentimentales, le match tourne souvent à l’avantage de l’Italie, qui s’octroie nos coups de cœur d’aujourd’hui. Il est temps que les rôles s’inversent et que l’école anglaise accepte avec humilité de s’inspirer de l’école italienne.

Article publié avec l’aimable autorisation du magazine Monsieur n°73

Jean philippe Tarot | publié le Vendredi 29 Avril 2011 | Lu 3028 fois


Chaussures par marque | Nouveautés | Au fil de l'actu | Historique des marques | Chaussures mythiques | Entretien des chaussures | Sacs et bagages | Accessoires | En bref | Portraits d'amateurs de chaussures | Les boutiques à Paris | Les boutiques en province | Les chroniques de David Not | Qui sommes-nous ?